Coquelicot

Fleur écarlate et frêle qui évoque les grands champs de blé et prairies verdoyantes de l’été, le coquelicot est une fleur sauvage fascinante aux propriétés mystérieuses !

Le coquelicot, du nom scientifique papaver rhoeas, est une plante de la famille des Papaveraceae. Originaire d’Eurasie, elle est abondante dans nos régions ainsi que dans différents pays d’Europe à partir du printemps. C’est une plante herbacée annuelle étroitement associée à l’agriculture céréalière depuis l’Antiquité et sa floraison intervient avant la moisson.

En France, on lui donne également le nom de « pavot-coq », « pavot sauvage » ou « pavot des champs », elle apparaît entre mai et septembre aux abords des champs peu traités et se constitue de quatre grands pétales frêles, qui rappellent le velours et qui sont de couleur écarlate. Son nombre sur les chemins et dans les champs à fortement diminué du aux pesticides, herbicides et autres produits chimiques déversés dans les champs agricoles chaque année. Malgré sa fragilité, le coquelicot renferme une histoire ancienne, riche et pleine de symbolisme.

Le coquelicot : une fleur aux multiples symboles

Le coquelicot pousse dans les champs depuis des millénaires.

Dans la mythologie grecque, on attribut le coquelicot à la déesse Déméter, déesse de la Terre, de la fertilité et symbole de la mère nourricière. La légende raconte que la fille de Déméter, Perséphone, souvent représentée avec un bouquet de coquelicot, était très belle, et était élevée en secret par sa mère en Sicile. Mais un jour, alors que Perséphone cueillait un bouquet de fleur, elle fut remarquée par Hadès, le dieu des Enfers. Subjugué par sa beauté, il l’enleva dans le but d’en faire sa femme.

Déméter chercha sa fille pendant neuf jours et neuf nuits. Lorsqu’elle appris qu’elle se trouvait aux royaume des Enfers, elle descendis la chercher. Hadès refusa de laisser Perséphone partir, alors Déméter, folle de rage, menaça de rendre la Terre stérile. Zeus craignant que Déméter détruise les moissons, et ne voulant pas froisser Hadès, proposa un compromis. Perséphone passerait une partie de l’année avec son mari en tant que reine des Enfers (les mois d’hivers), et reviendrait sur Terre au côté de sa mère pendant l’autre partie de l’année (printemps et été).

Déméter et Hadès acceptèrent. Dès lors, le printemps surgit à chaque fois que Perséphone revint sur Terre, faisant pousser les coquelicots. Le coquelicot allie la couleur de la vie (le rouge), la fragilité de Perséphone (les pétales), et la marque noir de Hadès (les pétales rouges sont tâchés de noir à leur base).

Coquelicot

Dans le même registre, le coquelicot est aussi le symbole du sommeil, de la mort et de la renaissance. Le coquelicot ayant des propriétés sédatives, la mythologie grecque raconte que Morphée frôlait d’un coquelicot tous ceux qu’il souhaitait endormir. Les Egyptiens quant à eux, dispersaient des pétales de coquelicots dans les tombeaux pour assurer un sommeil doux aux défunts.

En Roumanie l’apparition des coquelicot à une connotation plus sinistre. En effet, une légende raconte que les coquelicots qui poussent dans les champs sont les vestiges de la douleur d’une mère. L’histoire raconte qu’il y a bien longtemps, une pauvre femme veuve vivait seule avec son fils à la campagne. La mère aimait son fils plus que tout et celui-ci lui était dévoué. Mais un jour, n’ayant plus rien à manger, la mère du envoyer son fils à travers champs et forêts dans un autre village pour y quémander à manger.

Le cœur lourd et plein de terreur, la mère envoya son fils un matin pour un retour le soir même. Hors, lorsque la nuit tomba, son fils ne revenu pas à la maison. Prise de panique, la mère s’élança à sa recherche à travers champs et forêts, s’écorchant les pieds sur le sol jonché de ronces. Après plusieurs heures de marche et d’appels, elle entendit enfin son fils lui répondre et alla le chercher. Sur le chemin du retour, tous deux firent pris de surprise lorsqu’en passant dans les champs, les ronces avaient fait place à de fragiles fleurs aux pétales rouges, les coquelicots. Les coquelicots avaient poussé là où les gouttes de sang étaient tombées des chevilles et des pieds de la mère.

En Europe de l’ouest aussi, le coquelicots à un symbolisme plus sombre. C’est pendant la première Guerre Mondiale que le coquelicot se fit remarqué. En effet, il semblait pousser sur les champs de batailles. Une fois la bataille terminée, les champs mis à nus se couvraient de fleurs rouges comme le sang, les coquelicots.

C’est le médecin militaire canadien, le lieutenant Colonel John McCrae, qui en 1915 établi la connexion entre le coquelicot et les champs de batailles, lorsque la tombe sommaire de son ami mort au combat, fut recouverte de coquelicots. C’est ce phénomène qui lui inspirera sa célèbre chanson « Au champ d’honneur ». Trois ans plus tard, une Américaine, Moina Michael, eu vent du poème du Lieutenant Colonel et décida de porter un coquelicot en mémoire au soldats ayant perdu la vie pendant la guerre.

Ce n’est qu’en 1920 que cette tradition arriva en France, lorsque madame Guérin qui était en visite au Etats-Unis, rentra en France et décida de fabriquer des coquelicots pour récolter des fonds pour aider les enfants des régions dévastées par la guerre. Le maréchal Douglas Haig, commandant des armées Britanniques en France et en Belgique fit la découverte de l’initiative de Madame Guérin en 1921 et organisa le British Poppy Day Appeal (le jour d’appel Britannique du coquelicot) qui récolte encore aujourd’hui des fonds pour les anciens combattants. La tradition se rependit la même année au Canada lorsque madame Guérin y fit un voyage et incita l’association des anciens combattants à adopter le coquelicot.

De nos jours, tous les pays du Commonwealth célèbrent le Poppy Day (le jour du coquelicot) qui rend hommage aux combattants morts pendant la Première Guerre Mondiale et met à l’honneur les vétérans.

Coquelicot

Le saviez vous ?

Le mot coquelicot en français vient de l’ancien français « coquerico » qui est une onomatopée pour le chant du coq! La crête rouge du coq est apparentée aux pétales écarlates et légèrement tombants du coquelicot qui prit plus tard son nom commun que nous connaissons aujourd’hui. Ceci explique également le nom « pavot-coq » qui lui est aussi attribué parfois.

Le coquelicot : une fleur aux multiples secrets

Le coquelicot est utilisé par l’Homme depuis très longtemps pour divers usages. Ses propriétés médicinales en font une plante très répandue dans les produits pharmaceutiques.  En effet, le coquelicot, comme tous les pavots, a des propriétés narcotiques utilisées pour calmer la toux, les irritations de la gorge, mais aussi pour favoriser l’endormissement chez l’adulte et surtout chez les enfants. Le coquelicot à des propriétés adoucissantes, sédatives et légèrement hypnotique dues à sa composition en mucilage et alcaloïdes. Il était appelé « le pavot inoffensif du peuple », car au contraire du pavot somnifère d’où dérive la morphine, la codéine et diverses drogues, il n’a pas d’effets d’accoutumances.

Le coquelicot était déjà utilisé dans l’Antiquité comme plante médicinale. En effet, the philosophe Théophraste décrit l’utilisation du coquelicot sous forme de tisane. Les jeunes filles grecques mangeaient aussi les pétales de coquelicot sous forme de salades ou cuites.

Aujourd’hui on les consomme encore dans le Salento, en Italie où on les fait cuire avec de l’huile d’olive et des olives noires. La ville de Nemours en France utilise encore le coquelicot pour fabriquer ses confiseries. Les pétales de coquelicots peuvent aussi faire de délicieux sirop ou liqueurs, et si on les fait séchés ils donnent des tisanes douces. Il ne faut pas oublier les graines noires, les graines de pavot, qu’on utilise dans la fabrication du pain et qui lui donne un goût particulier !!

Le coquelicot une fleur résistante

Vous souhaitez avoir des coquelicots dans votre jardin et l’égayer d’une belle couleur rouge ? Le coquelicot est relativement facile d’entretien !  Le coquelicot à besoins d’un sol remué, calcaire et perméable. Il lui faut un emplacement ensoleillé et un arrosage basique. Si vous semez vos graines de coquelicots en septembre, ils fleuriront en mai, si vous les semez au début du printemps la fleuraison interviendra à partir de juin. Le coquelicot se renouvèle de lui-même chaque année, grâce aux graines qui s’échappent des fleurs pendant l’été. Le coquelicot peut devenir envahissant, pensez à éclaircir les plants si ils sont trop chargés.

Pour conserver plus longtemps des coquelicots cueillis, vous pouvez bruler le bout de leurs tiges pour que le suc sèche et forme un croute qui permettra aux coquelicots de se déshydrater moins rapidement et donc de ne pas sécher aussi vite !

Le coquelicot dans le langage des fleurs

Le coquelicot est symbolise l’ardeur fragile et nous incite à nous aimer au plus vite ! Dans le folklore français, le huitième anniversaire de mariage ce nomme les noces de coquelicot ! Sous le symbole du coquelicot, les époux sont invités à renouveler leur ardeur, qui avec le temps peut paraître fragile ! Le coquelicot nous rappel le besoin de passion tendre entre les époux.

lavaleurdenoscontes.com, laviedesparoisses.over-blog.com, paysagesenbataille.be, le-phytophage.blogspot.com, mediterranees.net, le-gout-de-nos-regions.com

Étiquettes : ,

Posts liés

par
Camille Jacinthe est une auteur expérimentée écrivant sur les dons depuis 2016. Elle partage des histoires derrière des cartes postales et des cadeaux et elle inspire ses lecteurs à donner des cadeaux d'une manière spéciale. Que ce soit pour un collègue, un ami ou de la famille, vous trouverez toujours les meilleurs idées et astuces dans ses articles sur la façon la plus spéciale d’accueillir les personnes aimées.
Post précédent Post précédent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 partage